Les apéros du Dragon Blanc

Forum utilisé par un groupe de rôlistes pour planifier leurs exactions.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Quelque chose se trame...

Partagez | 
 

 L'épopée de la compagnie des tueurs de Kobolds

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alek
Seigneur de Vaucarname
Seigneur de Vaucarname
avatar

Messages : 1219
Date d'inscription : 13/10/2010

Feuille de personnage
Santé mentale:
81/100  (81/100)
Alignement: Mauvais

MessageSujet: L'épopée de la compagnie des tueurs de Kobolds   Sam 16 Oct - 21:52

Résumé des évènements :

Le culte de Torm apprit que des adeptes d'Orcus voulaient ouvrir une porte vers la Gisombre pour faire se déverser des hordes de démons et d'autres abominations sur le monde. Le culte décida de recruter des aventuriers pour détruire cette menace. Ils parvinrent à recruter deux Genasis : un guerrier, Yuriel, et un mage d'armes, Sha-karn ; mais aussi un ensorceleur Drow du nom d'Adinimys et un prêtre Déva portant le nom d'Eben. Le culte y dépêcha également l'un de ses hommes, un vengeur humain nommé Alek. Ce groupe partit pour la région menacée, ils y menèrent une enquête pendant quelques temps, puis découvrirent enfin que le culte maléfique s'était installé dans un vieux fort non-loin. Ils y allèrent et éliminèrent ceux qui le défendaient. Ils descendirent jusque dans la salle du rituel. Ils parvinrent à tuer le chef du culte, un sorcier nommé Kalarel, et à refermer la porte vers la Gisombre qui allait s'ouvrir.

Ensuite, ils ressortirent et furent joyeusement accueillis par les habitants de la ville toute proche. Puis, ayant apprit à s'apprécier, même s'ils le nieront tous, ils décidèrent de rester ensemble. Ils prirent le chemin d'une grande ville appelé "Eaux-profondes". Là-bas, ils firent la connaissance d'un puissant mage qui leur fit des prédictions étranges. Ce magicien agaçait Adinimys qui essaya de l'éliminer à plusieurs reprises, se ridiculisant à chaque essai.

Puis ils descendirent vers la basse ville pour voir si de l'argent était à se faire. Ils allèrent dans la taverne la plus malfamée de la ville, et là-bas ils eurent un petit différend idéologique et se tapèrent dessus violemment. À la fin de la bagarre, l'auberge était en sale état, comme nos aventuriers. Adinimys parvint à convaincre le dirigeant de l'établissement de payer les réparations lui-même, grâce à ses extraordinaires talents de persuasion. Mais ils étaient dans un tel état, qu'ils durent tous louer une chambre et se reposer une journée entière. Une fois à peu près rétablis, ils descendirent voir le tavernier et régler leur note, même si le Drow rechignait à cette idée. Ils virent l'homme discuter avec un Tieffelin. Ce dernier avait l'air peu amical et réclamait de l'argent au nom de la "Dame de la Nuit". Les aventuriers s'approchèrent et firent partir le racketteur, puis ils questionnèrent la tavernier qui leur avoua finalement que la "Dame de la Nuit" était la chef de la mafia locale. Alek et Eben se révoltèrent et décidèrent de libérer la ville du joug de cette pègre, Adinimys vit un marché à prendre, et les deux Genasis virent une occasion de taper sur quelqu'un.
Le groupe alla voir les gardes, et parvinrent à convaincre le chef de celle-ci de leur prêter des hommes, puis ils prirent le chemin d'une maison assez isolée où l'organisation de la "Dame de la Nuit" avait élue son siège. Ils rameutèrent tous les gens qu'ils purent.
Puis ils entrèrent dans ladite maison. Ils y trouvèrent des marchands d'esclaves, et d'autres êtres. Ce groupe d'illégaux prit la fuite dès qu'ils purent, et les aventuriers tentèrent de les poursuivre mais ne parvinrent pas à les rattraper. Ils rentrèrent donc à Eaux-profondes. À peine étaient-ils descendus de leurs chevaux devant la taverne à l'entrée de la cité, que le rempart explosa et de nombreux gobelins s'engouffrèrent en ville. Les aventuriers se saisirent de leurs armes, et commencèrent à combattre. Rapidement, la garde vint leur prêter main forte. Pendant le combat, Sha-karn remarqua l'un des gobelins s'introduire dans une échoppe puis repartir à toute vitesse un objet à la main. Il le prit en chasse et parvint à l'éliminer. L'objet ne lui semblait pas très utile alors il le laissa, puis il repartit aider ses amis.

À la fin de la bataille, ils recroisèrent le mage qui leur annonça que leur devoir était de se rendre à l'est, pour combattre ces peaux-vertes qui essayaient de ressusciter un être dangereux, pensant que c'était leur Roi-Ogre. Les aventuriers s'équipèrent et menèrent des raids éclairs contre le village de leurs adversaires, puis, à un moment, ils se rendirent compte que les gobelins étaient tous partis en direction de leur cachette : un tumulus à l'est.





Chapitre XII Le cadavre du Roi-Ogre :

Mais à leur arrivée, les gobelins quittaient le tumulus à toute vitesse, au bord de la folie. Le groupe discuta, tous voulurent explorer ce lieu, sauf Alek qui redoutait un grand danger, puisque cela avait fait fuir près de 200 gobelins.
Mais ils descendirent. Au fil des couloirs, ils tombèrent sur un peau-verte gravement blessé. Ils l'interrogèrent et comprirent que le chaman avait tellement foiré son rituel de résurrection, qu'il avait généré un autre sort, et que le corps du "Roi-Ogre" était maintenant un amas de vase mouvante.

Adinimys sauta sur l'occasion, et parla au gobelin. Il lui dit qu'il était leur Roi-Ogre, réincarné dans un faible corps, et que les membres du groupe étaient ses serviteurs. Alek vit d'un assez mauvais œil cette façon de faire. Pour lui, les peaux-vertes ne méritaient même pas de se repentirent, et une fois que le gobelin eu dit ce qu'il savait, le vengeur sortit sa hache, décidé à l'achever. Mais Adinimys l'en empêcha en le frappant violemment, car ce dernier déclara qu'il ne voulait pas que l'on tue ses serviteurs. Alek lâcha sa hache sous le choc, puis il saisit son gourdin dans son sac : ce Drow devenait fou ! Il voulut porter un coup à l'elfe noir, mais il ne parvint qu'à se mettre un coup dans le genou. Comme si cela ne suffisait pas, Adinimys utilisa une de ses plus puissantes attaques sur l'humain. Ce dernier vola sur plusieurs mètres avant de s'écraser. Il ne parvenait plus à se relever. Et comme personne ne bougeait, car tous craignait ce monstre qu'était le Drow, Yuriel, le puissant guerrier se décida finalement à aller aider le vengeur. Il le soigna un peu.
L'homme parvint à se relever, mais il boitait et avait bien mal. Il récupéra son arme.
Puis le Drow décida d'envoyer son nouveau disciple, que le prêtre avait à peu près remis sur pied, explorer plus bas. Au bout de quelques minutes, un grand cri résonna. Le groupe s'ébranla alors, et se dépêcha de se rendre à l'endroit ou le gobelin avait hurlé. Ils se retrouvèrent dans un couloir, et devant eux se dressait une énorme masse de vase noire vivante, un arcanien vert, et un zombie dont la chair semblait avoir fondu. L'arcanien était en fait le chaman qui avait été tué par son propre sort, et le zombie était le cadavre d'un de ses assistants qu'il avait réanimé. Le cadavre du serviteur de l'elfe noir était au pied de la vase, affreusement mutilé. Le vengeur, qui était en piteux état, recula de quelques pas en voyant ces ennemis, et déclara tout de suite qu'il ne pourrait combattre dans son état. Le Drow lui adressa un regard noir, lui disant que les principes de Torm faisait qu'il DEVAIT combattre. L'humain lui répondit que Torm préférait les vivants aux morts en lui rendant son regard. Adinimys prépara alors un sort à lancer à l'arrache.

Puis soudain, la vase se mit en mouvement : elle était assez rapide et elle projeta de ce produit vaseux et noir. Tous furent touchés, sauf le vengeur qui ne fit pourtant rien pour esquiver. Il vit en cela un signe de Torm et reprit courage. Son dieu voulait le voir combattre, et il allait le faire : il dégaina sa hache et poussa un cri de guerre. Seulement le sort du Drow fut lancé, et ce sort était parfaitement réussi : il coupa l'humain dans son cri et le fit voler bien loin. Ce dernier s'écrasa et tous le crurent mort, car il cessa de respirer quelques secondes. Mais le groupe sut qu'il était en vie quand il commença à respirer difficilement. Il n'était pas loin de la mort et allait mourir très vite si on ne l'aidait pas. Malheureusement la vase noir empêchait les aventuriers de bouger car elle les étreignaient.

Le prêtre se débattit pour se libérer, mais n'y parvint pas. Les Genasis se libérèrent facilement et frappaient tout ce qui passait à portée. Le groupe constata que chaque fois que l'on parvenait à arracher des bouts de vase à la grosse masse, ceux-ci s'animaient. Au bout d'une demi-minute, le prêtre entendit la respiration de son compagnon humain être de plus en plus difficile : il allait mourir dans quelques secondes. C'est alors que le guerrier quitta la ligne de bataille et se mit devant le vengeur dont il stabilisa l'état bien vite. Puis le prêtre se concentra et lança l'un de ses sorts de guérison à distance. Le Déva se rendit compte que la vase commençait à desserrer son étreinte, car à chaque geste qu'il faisait, une partie tombait.

Pendant ce temps, l'adepte de Torm se releva et, très vite, se jeta sur ses ennemis. Pendant ce temps, Sha-karn avait réussit à passer les ennemis et était arrivé au niveau de l'arcanien qui était en retrait. L'ennemi était plus haut que le Genasi car il était sur un autel. Sha-karn voulut lui planter son cimeterre dans le torse, mais l'être magique esquiva et lui donna un violent coup de pied dans le visage qui fit tomber le mage d'armes à la renverse. Dans sa chute, Sha-karn se cogna la tête par terre et fut étourdi.
Adinimys, lui, affrontait le zombie : il lui envoyait des sorts et il lui donna un coup de dague, mais ce dernier ne sembla rien sentir et l'enserra avec ses bras. Il traina l'elfe noir sur plusieurs mètres en le mordant, si bien que le Drow finit par tomber inconscient.

Alek n'aimait pas ce Drow qui pouvait être parfois aussi mauvais que possible, mais il savait que ce dernier était un combattant des plus utiles au groupe. Il découpa une mini-vase, sauta au-dessus d'une autre, puis, à une vitesse impressionnante, il parvint au niveau du Drow. Il frappa à deux reprises le zombie et celui-ci s'effondra. Il avait été décapité et l'homme avait tranché ses mains qui étaient restées accrochées aux pieds d'Adinimys. Il lui fit avaler le contenu d'une petite fiole : c'était un remède aux vertus curatives assez puissantes, et l'elfe noir se réveilla quasiment tout de suite. Le guerrier, lui chargea l'énorme masse de vase et déclencha une pluie de coups, qui réduisit en charpie le monstre et toutes les petites vases qui se formaient.

Une fois le drow réveillé, l'homme courut vers l'arcanien, il sauta sur l'autel et le frappa puissamment avec le plat de sa hache ce qui le fit tomber de la plateforme. Malheureusement, l'ennemi retomba sur ses pieds. Le prêtre, lui, aidait comme il le pouvait, en lançant ses sorts de lumière, et même si la plupart échouaient, ce n'était pas un prêtre de guerre. La nausée lui vint même quand il vit le guerrier éliminer les vases de façon très sale. Mais il se reprit vite et quand il aperçut Sha-karn dans les vapes, il lui lança un sort de soin pour le relever. Quand le mage d'armes ouvrit les yeux, il sauta sur ses pieds, il vit l'homme sur l'autel, fit le tour avec l'intention de prendre l'arcanien à revers. Et quand celui-ci tomba sur ses pattes, Sha-karn profita de l'occasion pour lui faire une entaille sur le côté avec sa lame. Puis, ce fut le Drow, de l'autre côté de l'autel, qui lança un de ses sorts, le Noirfeu. L'arcanien vit son bras prendre feu, il se jeta à terre se roulant sur lui même pour éteindre les flammes. C'est alors que l'humain l'acheva, en sautant de l'autel et en lui plantant sa hache en plein dans le ventre. Le guerrier, lui, riait bruyamment, constatant qu'il y avait de la vase partout. Le prêtre, lui, regardait ce spectacle avec un air dégouté.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aperosdudragon.1fr1.net
Alek
Seigneur de Vaucarname
Seigneur de Vaucarname
avatar

Messages : 1219
Date d'inscription : 13/10/2010

Feuille de personnage
Santé mentale:
81/100  (81/100)
Alignement: Mauvais

MessageSujet: Re: L'épopée de la compagnie des tueurs de Kobolds   Dim 31 Oct - 16:33

Chapitre XIII Folie et Dépresseion Post-Bastonnal :

Le groupe venait de découper proprement leurs adversaires. Le drow regardait le spectacle peu ragoutant qu'était les cadavres éventrés. Son regard était vide, l'elfe noir avait perdu son fol enthousiasme. Il se retourna vers le groupe et posa un question simple, mais qui les désarçonna tous : "Pourquoi ?"
Aucun ne put répondre tout de suite, ils durent réfléchir quelques instants avant de pouvoir donner une raison des plus discutables.
- Parce qu'ils menaçaient la ville d'Eaux-profondes ! Répondit finalement le prêtre.
- Mais de toute façon les habitants de cette cité mourront à un moment ou à un autre, répliqua Adinimys.
- ...

- Nous avons fait ce que les dieux voulaient qu'on fasse, expliqua l'humain.
- Tu n'es que le pantin des divins, en somme !
- C'est un situation qui me convient parfaitement !
- Et une fois mort pour tes dieux, que feront-ils pour toi ?

- Si nous faisons ce que les dieux nous demande, une fois mort nous les rejoindrons pour être prêt d'eux, dit Yuriel.
- Pour être une marionnette même après ton décès ?!
- ...

Le prêtre s'approcha enfin d'Adinimys et ils commencèrent une longue discussion complexe sur les dieux et la destiné. Et il faut bien avouer que même si Alek était un membre du clergé de Torm, il ne parvenait à suivre la discussion qu'avec difficulté, alors les deux genasis, eux, ne comprenaient pas un traitre mot. Si bien qu'au bout de quelques minutes, les trois personnages décidèrent de sortir du tumulus en laissant leurs deux compagnons à leur passionnant débat théologiques. Une fois à l'extérieur, leur première idée fut de pister les gobelins, ils enfourchèrent donc trois des cinq montures, que la garde d'Eaux-profondes leur avait prêté, et suivirent la piste. Malheureusement cette dernière s'arrêtait bien vite, car les gobelins était entré dans des marécages. L'homme et les genasis jugèrent trop dangereux d'entré dans le marais, ainsi et ils prirent la direction de la ville.

Une fois là-bas, les trois compagnons se rendirent à la taverne pour y attendre les deux aventuriers manquant.
Pendant ce temps, Eben et Adinimys parlait encore, leur longue séance de parlotte prit fin environ deux heures plus tard, une fois que le drow eut épuisé tout ses arguments, pourtant il était toujours aussi peu convaincu. Lorsque les deux compères sortirent du tumulus, l'elfe noir aperçut les chevaux et il les libéra pensant que, comme ils étaient trop bêtes pour se rendre compte de la triste réalité du monde, ils pourraient vivre heureux, libre. Ainsi il les fit partir, Eben, lui restait bouche-bée devant le spectacle, car il songeait au long chemin qu'il allait devoir faire à pied. Adinimys sortit alors de sa besace une outre de vin gobelin. Il prit une gorgée de cette potion que toute personne censé aurait uniquement utilisé pour les cocktails Molotov. Il y résistait assez bien, Eben essaya de le dissuader de boire cet infâme liquide, mais le dépressif n'en faisait qu'a sa tête.
Dès qu'il eut finit son vin, le drow s'écroula d'un coup, en plein chemin. Le prêtre courut vers lui et tenta de le réveiller sans succès. Il avait consommé trop de cette forte vinasse pour pouvoir ouvrir les yeux tout de suite.

Encore une heure s'écoula, les deux genasis décidèrent d'aller dormir, alors que l'humain prit la décision de retourner au tumulus pour voir ce que faisait les deux autres. Il monta sur son canasson et en emmena un autre à tout hasard. Bien vite il vit Eben, au bout milieu de la route assit à côté de son compagnon qui ronflait bruyamment d'ailleurs. Le prêtre fut heureux de voir que le droupe ne les avaient pas oubliés, le déva et l'homme hissèrent Adinimys sur l'un des chevaux puis ils rentrèrent en ville.
Seulement lorsque le vengeur demanda où était passé leur chevaux, la réponse le consterna. Mais, surtout, il se demandait ce qu'allait dire les gardes. Une chose était certaine, Alek n'avait pas envie de payer... il décida de ramener les trois chevaux devant la caserne et de laisser un petit mot avec une excuse bidon, seulement au moment de partir discrètement, il glissa sur quelque chose et le bruit de sa chute fit apparaitre les gardes illico. L'aventurier prit son courage à demain et se releva avant de se tirer aussi vote qu'il put. Seulement les soldats ne lâchèrent pas l'affaire et le prirent en chasse, c'est alors que le prêtre décida d'intervenir, il se mit entre le vengeur et ses poursuivants et tenta d'expliquer aux gardes pourquoi il manquait des chevaux, tout en leur demandant de ne pas réclamer d'argent. Mais les gardes aime bien réclamer des pièces d'or, c'est connu et ils voulurent qu'on les rembourse, une idée vint alors à Alek qui observait la scène de loin : Adinimys avait toujours sut se montré convaincant ! Il le réveilla à coup de baffes et lui demanda d'aider Eben à convaincre les soldats, il refusa par une réponde digne d'un désabusé de la vie, avant d'aller se coucher sur un tas de foin et de s'endormir. Une autre idée vint alors dans l'esprit du vengeur, il écrivit un mot sur un bout de papier, glissa le mot dans la manche du drow et il l'attrapa par le col et le traina jusque devant les gardes avant de dire :
"Nous ne possédons pas l'argent que vous demandez, mais prenez donc cet elfe noir comme caution, le temps que nous réunissions la somme."
Puis Eben et lui partirent vers la taverne mal-famé du port.

Quelques heures après, Adinimys se réveilla dans la prison des gardes, il se rendit vite compte qu'on lui avait confisqué toutes ses armes. Par bonheur, il avait encore son matériel de cambrioleur, il découvrit également le mot dans sa manche qui disait "Evade toi et retrouve nous à la taverne du port". Mais le drow était complètement déprimé, il ne voyait plus d'intérêt dans rien. De plus il ne libérait plus les énergie magiques élémentaires qu'il avait en lui, du coup, au bout d'une dizaine de minute, il fut pris de convulsions. Sa crise s'estompa en quelques secondes, puis ses cheveux s'enflammèrent pendant une bonne minute. Un festival de choses étranges et douloureuses lui arrivèrent au cours de la journée. Les gardes n'osait pas l'approcher, se demandant s'ils avaient bien fait de l'accepter comme caution.
Pendant ce temps, les deux genasis cherchèrent le mage qui avait envoyé le groupe attaqué les gobelins dans tout la citée, espérant qu'il pourrait les guider. Ils le trouvèrent finalement dans un commerce ayant quelques fournitures pour mage.

- Nous nous sommes chargés des gobelins, lui dirent-ils.
- Bien, il fallait les éliminer, répondit le mage en cherchant des yeux ce qu'il était venu acheter.
Finalement, il repéra des plantes, il les attrapa et les paya au marchand avant de sortir du magasin avec les deux aventuriers.
- Que devons-nous faire à présent ?
- Il y a une forêt, non-loin, sous cette forêt se trouve une ville, dans cette ville se trouve un monstre. Un liche qui essaye de lever une armée de mort. Vous devez l'arrêter !
- On va devoir creuser un trou en pleine forêt ? Demanda Shakarn.
- Non, répondit le mage. Il y a une tour, à environ 1 kilomètre et demi de la forêt. Un souterrain la relit à la citée. Mais attention, elle à essuyer un orage magique, il y a longtemps et elle est prise dans la glace.
Et pendant que j'y suis, aller aider vos compagnons, un est en danger et les autres le seront bientôt.

Pendant ce temps, Alek et Eben était toujours à la taverne. L'humain descendait bière sur bière en discutant avec le déva, qui restait sobre. Puis finalement, le prêtre émit l'idée d'aller voir si Adinimys avait déjà faussé compagnie aux gardes. Les deux compagnons, se levèrent, Alek paya ses consommations et ils montèrent sur les toits, ils se rendirent au toit de la bâtisse se trouvant en face la caserne-prison. Par la petite fenêtre de la cellule du drow, le deux religieux aperçurent un Adinimys agonisant, la magie qu'il gardait renfermer en lui le faisait énormément souffrir, mais le dépressif s'en fichait et ne faisait rien.

Alek, qui avait but assez de bière pour qu'on le déclare bel et bien saoul proposa au prêtre la chose suivante :
"Tu prend des cocktails molotov, tu les jettent sur la caserne, tu attire tous les gardes, ils te prennent en chasse et pendant que tu les sèment en ville je libère le drow et je vais à la taverne où tu me rejoindra une fois que tu n'auras plus aucun garde aux fesses."
Le prêtre, qui n'avait pourtant, pas prit une goutte d'alcool, accepta quasiment tout de suite de suivre ce plan complètement fou.

Le prêtre se plaça donc en face de la caserne, alors que le vengeur se mit un petit peu plus loin, essayant tant bien que mal de se dissimuler. Le déva, lança des molotovs, bien vite des gardes sortirent. Le prêtre attira leur attention puis commença à courir, seulement, seul une partie des gardes le prirent en chasse, car d'autre repérèrent le vengeur et que les derniers ne jugèrent pas nécessaire, car tous les gardes prennent en chasse les deux clowns.
Très vite, Alek et Eben se retrouvèrent donc poursuivit, alors que des gardes restaient à la caserne. Très vite, Eben se fit rattraper et assommer par les soldat, alors qu'Alek, qui était complètement saoul, n'eut même pas besoin d'aide, il trébucha sur un pavé et s'assomma tout seul.

Les deux genasis erraient en ville, puis ils aperçurent une petite fumée, ils coururent pour aller voir ce que c'était, ils se retrouvèrent devant la caserne, ils décidèrent d'y entré. Ils virent un départ de feu, ils aidèrent les gardes à éteindre l'incendie, soudain, Shakarn aperçut Adinimys dans une des cellules. Il courut vers lui, indiquant à Yuriel qu'il était là. Le guerrier exigea qu'on lui ouvre, voyant le piteux état de son compagnon. Yuriel avait quelques notions de magie et il commença à évacuer la magie du corps de l'elfe noir.
Le mage d'armes, commença à redouter quelques chose, le mage avait prédit que les deux autres étaient eux aussi en danger.
Ses craintes s'avérèrent fondé et Shakarn ressentit une grande honte de faire équioe avec l'humain et le déva quand il vu les gardes ramener le prêtre et le vengeur assommés. Les soldas jetèrent en cellule les deux religieux. Cette vision comique dût motiver Adinimys, car il explosa de rire et il se releva. Il avait l'air en pleine forme. Il appela l'un des gardes et utilisa sa talent pour la persuasion pour que le soldat lui ouvre et le libère de sa cage. Une fois à l'extérieur, le Drow lança une gerbe de feu sur les gardes, ouvrit les cellules de ses compagnons et tous prirent leurs jambes à leur cou.

Ils quittèrent la ville très précipitamment et ils prirent la direction de la fameuse tour dont avait parlé le mage...


_________________


Le Praesidium de la République Populaire Avari certifie ce texte conforme à la doctrine
Hentaner, Tengwaner, Et-hentaner
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aperosdudragon.1fr1.net
 
L'épopée de la compagnie des tueurs de Kobolds
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RAID] La Compagnie KOUBAK ®
» [CDA] La grande compagnie de Kjarl Sang Farouche
» Compagnie blindée
» [DCA 2010] [40k] Compagnie blindée de Notre-Dame des martyres.
» La compagnie Gilnéenne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les apéros du Dragon Blanc :: JDR :: Donjon & Dragon :: Les livres d'aventures-
Sauter vers: